Calligraphie japonaise : L'art du Shodo

Calligraphie japonaise : L'art du Shodo

La calligraphie japonaise est l'une des formes d'expression artistique les plus célèbres et les plus vénérées de la culture japonaise. Aussi connue sous le nom de Shodo, qui signifie "la voie de l'écriture", la tradition de la calligraphie a été introduite au Japon par la Chine au VIe siècle après J.-C. Depuis, un style et une technique uniques au Japon se sont formés, et elle a été pratiquée par les samouraïs, les nobles et les gens ordinaires depuis.

Une écriture calligraphique vraiment remarquable prend des décennies à maîtriser et peut être valorisée autant que les peintures et autres formes d'art japonais. La pratique est plus qu'un art, c'est un processus harmonieux et philosophique qui s'exprime à travers une configuration soignée de coups de pinceau. La calligraphie japonaise fusionne la poésie, la littérature et la peinture en possédant le rythme, l'émotion, l'esthétique et la spiritualité dans une forme d'art unique. C'est un aspect tellement important de la culture et des idéaux japonais qu'il est même présenté aux enfants japonais dès l'école primaire.

Une brève histoire de la calligraphie japonaise

Les fondements de la calligraphie japonaise ont vu le jour en Chine sous la dynastie Han, avec toutes les formes de base développées en 220 après J.-C. Elle a été introduite au Japon au VIe siècle après J.-C. comme moyen de rester en contact entre pays. Bien que des éléments idéographiques aient été trouvés dans les systèmes d'écriture depuis environ 2500 av. J.-C., le manuscrit calligraphique japonais est devenu si sophistiqué qu'il est admiré par toutes les cultures du monde entier.

Qui a créé la calligraphie japonaise ?

La calligraphie a été créée par Li Si, premier ministre de la Chine sous la dynastie Qin en 208 après J.-C. Au début, les pictogrammes avaient été inscrits sur l'os à des fins religieuses, mais bientôt il a fallu une écriture uniforme à des fins administratives. On attribue à Li Si le mérite d'avoir normalisé ce script pendant son règne. Il a décidé que tous les traits horizontaux devraient être écrits en premier, et que les personnages seraient dessinés de bas en haut, de gauche à droite. Vers l'an 300 après J.-C., le pinceau à encre mouillée a été inventé et les personnages ont pu être créés d'une manière plus douce. Le texte calligraphique le plus ancien existant au Japon est l'inscription sur le halo de la statue du Bouddha de la médecine dans le temple Horyuji.

Ono no Michikaze, éminent fonctionnaire, poète et calligraphe, est considéré comme le fondateur de la calligraphie japonaise. Il a créé le style du wayo, qui a été pratiqué comme forme d'art jusqu'au milieu du XIXe siècle.

Depuis son arrivée au Japon, les caractéristiques de la calligraphie chinoise ont été modifiées pour s'adapter à leur langue déjà parlée et sont connues sous le nom de Kanji. Les kanji sont des symboles non phonétiques adoptés à partir de caractères chinois qui étaient utilisés en même temps que les écritures syllabiques japonaises hiragana et katakana. Jusqu'à l'avènement de ces alphabets japonais uniques, le calligraphe chinois Wang Xizhi était largement considéré comme le calligraphe le plus estimé au Japon au 4ème siècle. Aujourd'hui, le shodo est une classe populaire parmi les étudiants des écoles d'art et est largement pratiqué comme un média respecté dans la culture japonaise.

A quoi sert la calligraphie japonaise ?

La calligraphie japonaise a de nombreux buts. C'est un art, un moyen de communication, mais aussi une pratique zen qui évoque l'harmonie et la sagesse. Cet important savoir-faire se transmet de génération en génération, mettant l'accent sur la beauté et l'équilibre de l'écriture. À l'aide d'un pinceau de bambou et d'encre de sumi, une encre faite de suie de pin, les calligraphes créent un coup de pinceau large et fluide, semblable à celui de la peinture. C'est un mouvement fluide et spontané qui a pour but d'avoir une valeur sacrée dans chaque ligne. Tout comme les cérémonies japonaises du thé, l'ikebana, l'art japonais de l'arrangement floral et d'autres formes d'expression artistique, la calligraphie agit comme une offrande méditative et spirituelle.

Outils de calligraphie japonaise

Les outils utilisés dans la calligraphie japonaise et d'autres traditions asiatiques sont parmi les développements les plus importants de l'artisanat, et même désignés comme les "Quatre Trésors de l'Étude". Ces quatre trésors, ou "bijoux", sont : le pinceau, l'encre, le papier et la pierre à encre.

  • Pinceau (Fude) : La brosse est sans doute l'outil le plus important pour la meilleure mise en œuvre de l'artisanat. Deux types de pinceaux sont utilisés : le boyau d'arrosage, qui est un pinceau mince, et le futofude, qui est un pinceau plus épais. Ils sont habituellement faits de bambou avec les soies d'animaux comme le loup, le blaireau, le cheval ou l'écureuil.
  • Encre (Sumi) : Alors que les premières encres d'écriture étaient fabriquées à partir de minéraux naturels comme le graphite, elles sont aujourd'hui fabriquées à partir de la suie des branches de pin. Les flancs des montagnes proches de Nara et Suzuka au Japon sont très prisés pour la qualité de leur encre.
  • Papier Washi : Ce papier japonais traditionnel est généralement plus résistant que le papier ordinaire et absorbe mieux l'encre.
  • Pierre à encre (Suzuri) : Les artistes utilisent une pierre à encre pour frotter l'encre noire du sumi afin de créer de l'encre.

Les outils de calligraphie japonaise existent aujourd'hui dans une variété de prix et de styles, il est donc préférable de consulter un expert si vous débutez. D'autres outils importants utilisés pour maîtriser le métier comprennent :

Bunchin ou presse-papier : Ceci est utilisé pour maintenir votre papier stable pendant que vous écrivez.

Shitajiki qui se traduit par "sous la feuille" et est le tapis placé sous le presse-papier. Il évite les marquages sur les feuilles inférieures et offre une meilleure surface d'écriture.