Voyager au Japon pour assister à un combat de Sumo

Voyager au Japon pour assister à un combat de Sumo

S’il y a une culture à découvrir impérativement au Japon, c’est sans aucun doute le « Sumo ». Celui-ci a une grande importance pour les Japonais, et il s’agit d’un divertissement très apprécié sur cet archipel asiatique. Datant d’environ 1 500 ans, ce sport traditionnel avait une origine religieuse, car les tout premiers combats étaient des cérémonies réservées aux dieux. Il se déroulait, alors, dans la cour des sanctuaires, et l’on animait l’activité par des prières et des danses sacrées. Durant le XVIIe siècle, les combats de Sumo étaient organisés dans le but de distraire les marchands bourgeois, puis c’est au cours de cette période que le « Japan Sumo Association » a pris sa forme actuelle.

Les combats de Sumo, une activité amusante et enrichissante

Dohyo, tel est le nom du « ring » où se déroulent les luttes de Sumo. Sa désignation provient surtout des sacs de pailles de riz qu’on se servait pour délimiter la surface de combat. Cette dernière est formée à partir de l’argile, et la partie dure est enveloppée d’une fine couche de sable. À noter surtout que ce sport est pratiqué par deux hommes. L’un d’entre eux perd le combat, lorsqu’il a été sorti du cercle limité ou lorsque n’importe quelle partie de son corps (sauf la plante de ses pieds) touche le sol ou les sacs de pailles. L’échec est également confirmé quand le chignon touche ces endroits. Véritablement divertissante pour les amateurs d’aventure au Japon, cette activité n’autorise pas les coups de poing, les coups de pieds dans l’estomac ou encore le tirage de cheveux. De plus, il est interdit de saisir la bande de tissu appelée « mawashi » qui couvre la partie intime de chaque participant durant la lutte.

Les rituels dans les combats de Sumo

Les luttes de Sumo commencent par les défilés des combattants en tenue sacrée. Ensuite, ces derniers entrent dans le « dohyo » pour se préparer à la confrontation. Ils se rincent la bouche, puis versent du sel à travers le ring afin d’enlever les énergies négatives et lutter contre les mauvais esprits. Sinon, les lutteurs peuvent aussi frapper le sol avec leurs pieds pour les mêmes raisons. Lorsque les deux adversaires sont enfin prêts à faire le combat, il faut qu’ils touchent le sol de leurs mains pour signaler qu’ils acceptent la lutte. En assistant ce sport ancestral japonais donc, les étrangers connaîtront davantage la signification de tous les gestes que font les Sumos. Ils comprendront surtout pourquoi les participants ne bougent presque pas du centre du ring.